Sentences

Sentences spirituelles diverses, mieux connaître les grandes religions: Judaïsme, Islam, Christianisme, Charles de Foucauld

compteur_carnetspi


18 mars 2008

Le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 13,21-33.36-38.

Après avoir ainsi parlé, Jésus fut bouleversé au plus profond de lui-même, et il attesta : « Amen, amen, je vous le dis : l'un de vous me livrera. » Les disciples se regardaient les uns les autres, sans parvenir à comprendre de qui Jésus parlait. Comme il y avait à table, tout contre Jésus, l'un de ses disciples, celui que Jésus aimait, Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C'est celui à qui j'offrirai la bouchée que je vais tremper dans le plat. » Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l'Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui.Jésus lui dit alors :« Ce que tu fais, fais-le vite. » Mais aucun des convives ne comprit le sens de cette parole. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d'acheter ce qu'il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Quand Judas eut pris la bouchée, il sortit aussitôt ; il faisait nuit. Quand Judas fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l'homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu en retour lui donnera sa propre gloire ; et il la lui donnera bientôt. Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps, et vous me chercherez. J'ai dit aux Juifs : Là où je m'en vais, vous ne pouvez pas y aller. Je vous le dis maintenant à vous aussi. Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je m'en vais, tu ne peux pas me suivre pour l'instant ; tu me suivras plus tard. » Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre maintenant ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris


Commentaire de ce texte :


« Le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois »


      Pierre a renié une première fois et n'a pas pleuré, parce que le Seigneur ne l'avait pas regardé. Il a renié une seconde fois, et il n'a pas pleuré, parce que le Seigneur ne l'avait pas encore regardé. Il a renié une troisième fois, Jésus l'a regardé, et il a pleuré, très amèrement (Lc 22,62). Regarde-nous, Seigneur Jésus, pour que nous sachions pleurer notre péché. Cela montre que même la chute des saints peut être utile. Le reniement de Pierre ne m'a pas fait tort ; au contraire, à son repentir, j'ai gagné : j'ai appris à me garder d'un entourage infidèle...

      Pierre a donc pleuré, et très amèrement ; il a pleuré pour arriver à laver sa faute par des larmes. Vous aussi, si vous voulez obtenir le pardon, effacez votre faute par les larmes ; au moment même, sur l'heure, le Christ vous regarde. S'il vous survient quelque chute, lui, témoin présent à votre vie secrète, vous regarde pour vous rappeler et vous faire avouer votre erreur. Faites alors comme Pierre, qui dit ailleurs par trois fois : « Seigneur, tu sais que je t'aime » (Jn 21,15). Il a renié trois fois, trois fois aussi il confesse ; mais il a renié dans la nuit, et il confesse au grand jour.

      Tout cela est écrit pour nous faire comprendre que personne ne doit se vanter. Si Pierre est tombé pour avoir dit : « Même si d'autres viennent à trébucher, moi je ne tomberai pas » (Mt 26,33), quel autre serait en droit de compter sur soi-même ?... D'où est-ce que je te rappellerai, Pierre, pour m'apprendre tes pensées quand tu pleurais ? Du ciel où tu as déjà pris place parmi les choeurs des anges, ou encore du tombeau ? Car la mort, d'où le Seigneur est ressuscité, ne te répugne pas à ton tour. Enseigne-nous à quoi t'ont servi tes larmes. Mais tu l'as enseigné bien vite : car étant tombé avant de pleurer, tes larmes t'ont fait choisir pour conduire les autres, toi qui, d'abord, n'avais pas su te conduire toi-même.

Saint Ambroise (v.340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église
Commentaire sur l'évangile de St Luc, 10, 89s (trad. cf SC 52, p. 186)

Posté à 02:41 - Textes religieux bibliques - Commentaires [6] - Permalien [#]

De nouveaux impératifs de vie font que notre présence sur le net est restreinte aux lundi et mardi de chaque semaine scolaire, nous vous demandons de le prendre en considération et d'en tenir compte au cas où vous déposeriez des commentaires ou des questions. Merci et bonnes visites dans ce blog.

Commentaires

    le chant du coq

    "Le coq ne chantera pas avant que tu m'aies renié trois fois". cette parabole affirmative révèle beaucoup de vérités concernant l'évangile même de Jésus. tout d'abord j'aimerai attirer l'attention du peuple Chrétien dans la marche avec Christ et Avoir le St Esprit. pourquoi? tout simplement parce que le fait de marcher avec Christ rassure qu'on est pas seul mais aussi que nous ne manquerons de rien, tel était la situation dans laquelle les disciples vivaient en présence du Christ Jésus. on est d'accore sur ce point? ces disciples ne connaissaient pas Jésus, mais apprenaient a le connaître. quand bien même Jésus lui les connaissaient déjà car faut il le rappeler Dieu notre Créateur nous connaît bien avant notre création, car l'Homme avant d'être physique est d'abord esprit, comme Dieu.

    Posté par Daniel, 29 juillet 2015 à 22:50
  • l'homme?

    l'homme est corps, esprit et âme et c'est tel qu'il ressuscitera comme le promet Jésus-Christ.
    Mais l'homme ne vit pas que de pain et d'amourettes, il vit de l'Esprit également à profusion.

    C'est l'Esprit qui anime l'homme.

    Posté par carenetspi, 19 août 2015 à 18:44
  • le coq

    le coq chante lorsque pierre m'aies renis Jésus christ appartiens à ?

    Posté par KAKASI MAGUY, 09 mars 2017 à 12:36
  • Qui a écrit la bible?

    Posté par amoussouvi, 11 avril 2017 à 10:44
  • Le coq réponse

    Le coq appartenait à une basse-cour proche du temple, je suppose

    mais ce dont je suis certaine c'est que les textes bibliques auquel cette référence appartient sont:

    Mathieu chapitre 26 verset 33
    "Jésus lui dit: Je te le dis en vérité, cette nuit même, avant que le coq chante, tu me renieras trois fois"

    et

    Marc chapitre 14 verset 72
    "Et aussitôt, un coq chanta pour la seconde fois. Alors Pierre se souvint de la parole de Jésus: "Avant que le coq chante deux fois, tu m'auras renié trois fois". Et il se mit à pleurer. "

    Posté par carnetspi, 06 mai 2017 à 16:52
  • Qui a écrit?

    Une quarantaine d’hommes ont participé à la rédaction de la Bible sur une période de 1 600 ans ; certains d’entre eux en ont rédigé plus d’une partie. La Bible est une bibliothèque miniature qui compte 66 livres. Les 39 premiers forment les Écritures hébraïques (connues sous le nom d’Ancien Testament), et les 27 derniers les Écritures grecques chrétiennes (appelées aussi Nouveau Testament).

    LA Bible n'est pas un livre ordinaire, mais une collection de livres très divers. Le mot grec qui la désigne: ta biblia, signifie les« livres». Elle se compose de récits mythiques, épiques ou historiques, de listes de lois ou de généalogies, de poèmes, de textes de sagesse, de prophéties, de paroles visionnaires, de prières, d'exhortations. L'écriture de ces livres a commencé vraisemblablement au
    VIIIe siècle avant Jésus-Christ pour s'achever vers 100 après Jésus-Christ. D'abord écrits séparément, ces livres ont été inlassablement médités, recopiés, puis peu à peu regroupés et classés au fil des siècles. La Bible est le texte de référence des juifs mais aussi des chrétiens (même si, bien sûr, les juifs ne reconnaissent pas les écrits qui parlent de Jésus et qui constituent le Nouveau
    Testament). On retrouve aussi dans le Coran l'histoire d'Abraham, celle de Moïse, la personne de Marie (Myriam) et celle de Jésus (Aïssa) ainsi que de nombreux autres emprunts.

    La Tradition attribue les cinq premiers livres à Moïse, le livre des Psaumes à David ou tel autre encore au prophète Isaïe ou à Jérémie. On sait aujourd'hui que la composition de la Bible a été longue et complexe, faite d'emprunts à des traditions orales, à des chroniques royales ou encore à des écoles de pensée. Ces textes ont été remaniés, puis ils se sont fixés vers le IIe siècle avant Jésus-Christ. Dès lors, l'élaboration de la Bible s'est faite par ajouts et relectures innombrables de croyants, ce qui explique notamment que les chrétiens n'ont pas le même livre que les juifs. Pour les croyants, c'est Dieu lui-même qui nous parle encore aujourd'hui à travers ces textes.


    voir aussi:
    http://islam-verite.fr/bible/redacteurs.htm

    et pour l'érudition:
    http://www.lefigaro.fr/livres/2007/03/08/03005-20070308ARTFIG90282-la_septante_bible_des_bibles.php

    Posté par carnetspi, 06 mai 2017 à 17:04

Poster un commentaire