Sentences

Sentences spirituelles diverses, mieux connaître les grandes religions: Judaïsme, Islam, Christianisme, Charles de Foucauld

compteur_carnetspi


18 septembre 2010

Les roms? qui sont-ils, pourquoi s'acharner contre eux?


                                        

Bohémiens, Roms, Gitans, Tsiganes, Sarrazins, Sintis, Manouches autant d'appellations utilisées sans que l'on en connaisse la signification exacte .

Le peuple Rom désigne les Tsiganes établis en Europe de l'Est. Le terme Rom signifie homme dans la langue Romanès.

Actuellement, la langue Romanès est comprise et parlée par 90 % des Tsiganes du monde. Il n'existe aucun recensement fiable de la population Tsigane malgré une sédentarisation qui tend à se généraliser.

Les Roms ont alors été sédentarisés de force en obtenant diverses aides des gouvernements qui au fil du temps sont devenues de plus en plus aléatoires, rendant leur situation préoccupante.

La situation actuelle des roms en Roumanie est préoccupante puisque 40% d'entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté soit avec moins de 2,15 euros par jour. Ce qui explique les vagues de migration que l'Europe de l'Ouest observe ces dernières années.

La population rom est sans cesse discriminé:
• violences physiques, morales,
•injustices juridiques,
•discrimination raciste de la part des autorités,
•crimes racistes impunis,
•discrimination pour l'accès aux services sociaux, comprenant la discrimination dans l'allocation des fonds publics municipaux pour la réalisation des infrastructures de base (eau, électricité, gaz...), •utilisation systématique de propos racistes par les média ce qui perpétue les stéreotypes et attitudes racistes,
•nombreux acces limités à une éducation normal pour les enfants roms, discrimination raciste dans les institutions scolaires

Les Roms ont vu leur histoire jalonnée d'épreuves et de persécutions.
Plus de 800 000 roms furent victimes des crimes commis par les Nazis. Par ailleurs, en Serbie comme en Roumanie, nombre d'entre eux furent esclaves jusqu'en 1850.

•1856, loi de la libération de tous les esclaves de Roumanie.
•1919, réunion nationale des roms de Transylvanie, Ibasfalu, Dumbraveni,Sibiu où ils demandent au gouvernement roumain l'égalité des droits.
•1933, premier congrès international Rom à Bucarest.
•1942-1944, massive déportation de Roms en Transnistria (le comité roumain pour les crimes de guerre reconnait la mort de 38000 Roms)
•1946, l'alliance électorale communiste proclame " les frères et soeurs Roms"
•1948, le bureau politique du comité central roumain ignore la reconnaissance d'une minorité rom.
•1950, le ministre des affaires étrangère Teoharie Georgescu lance le programme "rééducation des éléments hostiles" en imposant les travaux forcés aux communautés roms pour la construction du socialisme.
•1977-1983, programme du parti communiste pour l'intégration des tsiganes;
1. recensement et sédentarisation des tsiganes;
2. offres d'emploi ;
3.construction d'habitations;
4.état de la santé et organisation d'une assistance social;
5.accès à la culture et à l'éducation.
6.problèmes d'organisation.
En réalité aucune de ces mesures ne fut appliquée. En 1990 le ministre des affaires étrangères Mihai chitac annonce publiquement le fait qu'en 1977, le recensement faisait état de 1800000 roms (parmi eux 65000 étaient nomades: 5600 avec une activité à plein temps- 900 étant qualifié), et en 1983, on recensait 2300000 roms en Roumanie.
•1989, Dumitru Dinca, un rom Ursari (montreur d'ours) était à la tête du mouvement de révolte de Bucarest qui ouvrit la révolution de Décembre.

extrait de la page:
http://www.nadara.org/romsnad3.htm

Dans un pays où les lois sécuritaires s'enchaînent, tout semble aller plus que jamais de travers... La politique a ses mystères que seule la stratégie du pourrissement explique.

Exaspérés et chauffés à blanc sur l'insécurité, bien des Français n'écoutent pas ce que les partisans de la complexité ont à leur dire. Que la police serait plus efficace contre les cambriolages et la mendicité si elle n'était pas en sous-effectif ou occupée à démanteler des caravanes. Qu'il existerait moins de camps illégaux si la France avait construit suffisamment de camps légaux pour assurer une coexistence plus harmonieuse entre vie sédentaire et vie nomade. Qu'il faut bien faire la différence entre gens du voyage (souvent français) et Roms (venus de Roumanie ou de Bulgarie).

En revanche, beaucoup risquent de comprendre que l'intégration précipitée de la Roumanie et de la Bulgarie à l'Union européenne était une erreur. Les Roms fuient souvent des conditions de vie indignes dans leur pays d'origine. L'Union devait s'assurer que les millions versés à ces pays aient amélioré leur environnement avant d'ouvrir les portes à un exode prévisible... Une fois de plus, la course à l'élargissement guidée par des motivations économiques - un grand marché et une main-d'oeuvre à bas coût - a joué contre l'Europe politique.

suite de caroline Fourest (bravo Caro!)

http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/09/17/les-roms-et-le-gouffre-europeen_1412506_3232.html

                            

              

Posté à 17:37 - EDUCATION A LA PAIX - Commentaires [0] - Permalien [#]

De nouveaux impératifs de vie font que notre présence sur le net est restreinte aux lundi et mardi de chaque semaine scolaire, nous vous demandons de le prendre en considération et d'en tenir compte au cas où vous déposeriez des commentaires ou des questions. Merci et bonnes visites dans ce blog.

Commentaires

Poster un commentaire