Sentences

Sentences spirituelles diverses, mieux connaître les grandes religions: Judaïsme, Islam, Christianisme, Charles de Foucauld

compteur_carnetspi


05 mars 2008

Dieu était son propre Père

Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean 5,17-30.

Jésus leur déclara : « Mon Père, jusqu'à maintenant, est toujours à l'oeuvre, et moi aussi je suis à l'oeuvre. » C'est pourquoi, de plus en plus, les Juifs cherchaient à le faire mourir, car non seulement il violait le repos du sabbat, mais encore il disait que Dieu était son propre Père, et il se faisait ainsi l'égal de Dieu. Jésus reprit donc la parole. Il leur déclarait : « Amen, amen, je vous le dis : le Fils ne peut rien faire de lui-même, il fait seulement ce qu'il voit faire par le Père ; ce que fait celui-ci, le Fils le fait pareillement. Car le Père aime le Fils et lui montre tout ce qu'il fait. Il lui montrera des oeuvres encore plus grandes, si bien que vous serez dans l'étonnement. Comme le Père, en effet, relève les morts et leur donne la vie, le Fils, lui aussi, donne la vie à qui il veut. Car le Père ne juge personne : il a donné au Fils tout pouvoir pour juger, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui ne rend pas honneur au Fils ne rend pas non plus honneur au Père, qui l'a envoyé. Amen, amen, je vous le dis : celui qui écoute ma parole et croit au Père qui m'a envoyé, celui-là obtient la vie éternelle et il échappe au Jugement, car il est déjà passé de la mort à la vie. Amen, amen, je vous le dis : l'heure vient - et c'est maintenant - où les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l'auront entendue vivront. Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi a-t-il donné au Fils d'avoir la vie en lui-même ; et il lui a donné le pouvoir de prononcer le Jugement, parce qu'il est le Fils de l'homme. Ne soyez pas surpris ; l'heure vient où tous ceux qui sont dans les tombeaux vont entendre sa voix, et ils sortiront : ceux qui ont fait le bien, ressuscitant pour entrer dans la vie ; ceux qui ont fait le mal, ressuscitant pour être jugés. Moi, je ne peux rien faire de moi-même ; je rends mon jugement d'après ce que j'entends, et ce jugement est juste, parce que je ne cherche pas à faire ma propre volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé.

Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

Commentaire de ce texte :

CHAQUE JOUR EST UN MOMENT FAVORABLE
« Au moment favorable je t’ai exaucé, au jour du salut, je suis venu à ton secours » (Is 49, 8). Certes, il est des périodes privilégiées de l’histoire du salut et de notre histoire sainte personnelle. Mais peut-être nous reste-il à découvrir que chaque jour est un moment favorable pour nous ouvrir à la grâce de Dieu « toujours à l’oeuvre » ; pour entrer plus profondément en alliance avec lui ? Demandons au Seigneur cette attention intérieure qui nous garde fixés sur l’essentiel, dans les tempêtes comme dans les instants plus paisibles de notre vie.

source

autre commentaire plus ancien:

« Les morts vont entendre la voix du Fils de Dieu »

[Le Christ parle :]
Ceux qui ne m'ont pas reconnu n'en ont pas bénéficié ;
j'ai été caché pour ceux qui ne me possédaient pas.
Je suis auprès de ceux qui m'aiment.
Tous mes persécuteurs sont morts ;
ceux qui me savaient vivant m'ont cherché.
Je suis ressuscité, je suis avec eux,
je parle par leur bouche.
Ils ont repoussé ceux qui les persécutent ;
sur eux j'ai jeté le joug de mon amour.
Comme le bras du fiancé sur sa fiancée (cf Ct 2,6),
ainsi est mon joug sur ceux qui me connaissent.
Comme la tente des fiançailles est dressée chez le fiancé,
mon amour protège ceux qui croient en moi.

Je n'ai pas été réprouvé,
quand même j'ai semblé l'être.
Je n'ai pas péri,
bien qu'ils l'aient imaginé.
Le séjour des morts m'a vu
et il a été vaincu,
la mort m'a laissé partir,
et beaucoup avec moi.
J'ai été pour elle fiel et vinaigre ;
je suis descendu avec elle, dans son séjour,
autant qu'il avait de profondeur.
La mort s'est relâchée,
elle n'a pas pu supporter mon visage.

J'ai tenu parmi ses morts
une assemblée de vivants (1P3,19;4,6).
Je leur ai parlé avec des lèvres vivantes,
en sorte que ma parole n'ait pas été pas vaine.
Ils ont couru vers moi ceux qui étaient morts ;
ils ont crié et dit : « Aie pitié de nous,
Fils de Dieu, agis avec nous selon ta grâce.
Fais-nous sortir des liens des ténèbres,
ouvre-nous la porte, que nous sortions vers toi.
Nous voyons que notre mort
ne s'est pas approchée de toi.
Soyons délivrés, nous aussi avec toi,
car tu es notre Sauveur ».

Pour moi j'ai entendu leurs voix,
leur foi, je l'ai recueillie en mon coeur
Sur leurs fronts je traçais mon nom (Ap 14,1) ;
ils sont libres et ils m'appartiennent.
Alléluia !

Odes de Salomon (texte chrétien hébraïque du début du 2e siècle)
N° 42 (trad. DDB 1981, p.67)

Posté à 11:07 - Textes religieux bibliques - Commentaires [0] - Permalien [#]

De nouveaux impératifs de vie font que notre présence sur le net est restreinte aux lundi et mardi de chaque semaine scolaire, nous vous demandons de le prendre en considération et d'en tenir compte au cas où vous déposeriez des commentaires ou des questions. Merci et bonnes visites dans ce blog.

Commentaires

Poster un commentaire