Sentences

Sentences spirituelles diverses, mieux connaître les grandes religions: Judaïsme, Islam, Christianisme, Charles de Foucauld

compteur_carnetspi


10 février 2007

Petits cadeaux entre amoureux

Autrefois, les petits cadeaux qu'un soupirant pouvait faire à sa belle étaient très précis. On n'offrait pas n'importe quoi. Certains objets ritualisés constituaient à eux seuls une déclaration d'amour… 

    Les cadeaux gourmands


Souvent, on offre une gourmandise, à l'instar de ces jeunes gens du Forez qui avaient toujours, au XIXe siècle, des carrés de sucre dans leur poche : cette friandise si rare à l'époque était utilisée par eux comme un véritable outil de séduction ! En Alsace, le cadeau le plus caractéristique est le cœur en pain d'épices, qu'on mange à deux. Dans le Nord, on offre à boire à la jeune fille. 

    Les cadeaux qu'on garde


    Aux foires alsaciennes, le garçon peut acquérir une assiette décorée, dite Mestiteller, qu'il offre à l'élue de son cœur en gage d'amour : elle constitue une pièce de leur futur service de table ou bien un décor de leur future maison ! En Bresse, l'amoureux offre des fleurs. En Bretagne, on préfère les épingles ornées de grosses perles, les châles ou les rubans. En Franche-Comté : une croix, un ruban, un mouchoir, un écu ou même une paire de souliers. En Provence : des paquets d'épingles. En Normandie : des épingles, un fichu, un collier, un chapelet… On n'offre guère de bague, cette coutume venue des villes ne datant que du XXe siècle. 

    Les cadeaux dont on se souvient


    En Corse, si le garçon est apprécié d'une jeune fille, il lui offre la sérénade le soir : une chanson d'amour qu'il compose et chante seul ou, s'il est moins doué, qu'il fait clamer par un poète et chanteur local. Pour la jouer, il est toujours accompagné d'ami et soutient le chant par les accords d'une guitare. En Franche-Comté aussi, les amoureux vont jouer des aubades avec un violoniste devant la maison de la jeune fille aimée. 

    Farces de plus ou moins bon goût…


    Dans certaines régions, montrer autrefois à quelqu'un qu'on l'apprécie c'est souvent l'agacer davantage que les autres et lui jeter, plutôt que lui donner, les cadeaux qu'on lui destine ! Ainsi, en Ardèche, la jeune fille cache le couteau de celui qui lui plaît et lui dit des agaceries. De son côté, le timide peut se déclarer en jetant au visage de l'aimée un bouquet d'airelles ou un mouchoir rempli de petites pommes vertes… En Ille-et-Vilaine, on frappe le genou de l'autre ou bien on lui offre une pomme à demi croquée. En Corse, où il vaut mieux déclarer discrètement sa flamme pour ne pas risquer le courroux de la famille, on lance sur la robe de l'aimée des fruits de bardane piquants, qui y restent accrochés et que laisse la jeune fille si elle apprécie le garçon. Une autre coutume, typiquement gasconne, consiste à se lancer mutuellement des braises le soir à la veillée… au point que courtiser se dit localement " faire de la cendre " : tant pis pour les vêtements ! 

    Quand les jeunes filles font des cadeaux…


    Dans certaines régions, assez peu nombreuses, les jeunes filles offrent aussi des cadeaux à celui de leurs soupirants qui leur plaît le mieux. En Alsace par exemple, l'offrande la plus classique est une belle épingle de cravate, mais on propose aussi parfois un objet " fait main ": en général un carquois pour la pierre à aiguiser la faux ou un fuseau pour les gerbes de blé, brodés de leurs deux initiales. En Bresse, la jeune fille offre plus modestement des noisettes à son ami de cœur. 

    Et vous, cette année, pour la Saint-Valentin, qu'offrez-vous à celle ou celui que vous aimez ? 

Texte : Marie-Odile Mergnac

source


De nouveaux impératifs de vie font que notre présence sur le net est restreinte aux lundi et mardi de chaque semaine scolaire, nous vous demandons de le prendre en considération et d'en tenir compte au cas où vous déposeriez des commentaires ou des questions. Merci et bonnes visites dans ce blog.

Commentaires

Poster un commentaire