Sentences

Sentences spirituelles diverses, mieux connaître les grandes religions: Judaïsme, Islam, Christianisme, Charles de Foucauld

compteur_carnetspi


22 mai 2006

Hommage aux martyrs de Tibhirine, 10 ème anniversaire

Tibhirine (Algérie), mai 1996 : sept moines sont assassinés ; à leur tête, le père Christian de Chergé. Homme de paix engagé dans un dialogue audacieux entre chrétiens et musulmans, il offre un témoignage missionnaire emprunt de force et de simplicité. Homme de prière, sa profondeur spirituelle est révélée au grand public par la publication de son testament bouleversant. En France, de futurs prêtres se préparent à être envoyés aux points de fracture de la société (banlieues, prisons…). L’intuition de la rencontre, vécue par Chrsitian de Chergé, offre alors une voie exemplaire : vivre ensemble dans la paix, chercher Dieu côte à côte avec d’autres croyants.

Testament du père Christian de Chergé : "Quand un À-Dieu s’envisage…"

S’il m’arrivait un jour – et cela pourrait être aujourd’hui-
D’être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant
Tous les étrangers vivant en Algérie,
J’aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille,
Se souviennent que ma vie était donnée à tous et à ce pays.
Qu’ils acceptent que le Maître Unique de toute vie
Ne saurait être étranger à ce départ brutal.
Qu’ils prient pour moi :
Comment saurais-je trouver digne d’une telle offrande ?
Qu’ils sachent associer cette mort à tant d’autres aussi violentes
Laissées dans l’indifférence de l’anonymat.
Ma vie n’a pas plus de prix qu’une autre,
Elle n’en a pas moins non plus.
En tout cas, elle n’a pas l’innocence de l’enfance.
J’ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal
Qui semble, hélas, prévaloir dans le monde
Et même celui-là qui me frapperait aveuglément.
J’aimerais, le moment venu, avoir ce laps de lucidité
Qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu
Et celui de mes frères en humanité,
En même temps que de pardonner de tout coeur à qui m’aurait atteint.
Je ne saurais souhaiter une telle mort,
Il me parait important de le professer.
Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir
Que ce peuple que j’aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.
C’est trop cher payé ce que l’on appellera, peut-être, "la grâce du martyre" que de le de voir à un algérien quel qu’il soit,
Surtout s’il dit agir en fidélité à ce qu’il croit être l’islam.
Je sais le mépris dont on a pu entourer les algériens pris globalement.
Je sais aussi les caricatures de l’islam qu’encourage un certain islamisme.
Il est trop facile de se donner bonne conscience
En identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes.
L’Algérie et l’Islam, pour moi, c’est autre chose, c’est un corps et une âme.
Je l’ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j’en ai reçu,
Y retrouvant si souvent ce droit fil conducteur de l’Evangile
Appris aux genoux de ma mère, ma toute première Eglise,
Précisément en Algérie, et, déjà, dans le respect des croyants musulmans.
Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison à ceux qui m’ont rapidement traité de naïf ou d’idéaliste :
"Qu’il dise maintenant ce qu’il en pense !"
Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité.
Voilà que je pourrai, s’il plait à Dieu, plonger mon regard dans celui du Père,
Pour contempler avec Lui, les enfants de l’Islam
Tels qu’il les voit, tout illuminé de la Gloire du Christ,
Fruits de la Passion, investis par le don de l’Esprit,
Dont la joie secrète sera toujours d’établir la communion
Et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences.
Cette vie perdue, totalement mienne, et totalement leur,
Je rends grâce à Dieu qui semble l’avoir voulue tout entière
Pour cette JOIE-là, envers et malgré tout.
Dans ce MERCI, où tout est dit, désormais de ma vie
Je vous inclus bien sûr, amis d’hier et d’aujourd’hui,
Et vous amis d’ici,
Aux côtés de ma mère et de mon père, de mes sœurs et de mes frères et des leurs,
Centuple accordé comme il était promis !
Et toi aussi, l’ami de la dernière minute, qui n’auras pas su ce que tu faisais.
Oui pour toi aussi, je le veux ce MERCI, et cet " à-Dieu" en-visagé de toi.
Et qu’il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux,
En Paradis, s’il plait à Dieu, notre Père à tous deux. Amen

Christian de Chergé
Tibhirine, décembre 1993

source




PASSION POUR L’ALGERIE
Les moines de Tibhirine

de John Kiser
Nouvelle Cité, mars 2006
(traduit par Henry Quinson)

Qui a enlevé et décapité les moines de Tibhirine au printemps 1996 et pourquoi ? Quel a été le rôle des services secrets algériens et français ? Dans une Algérie déchirée par la guerre civile, John Kiser cherche à élucider d’autres questions, encore plus mystérieuses : pourquoi ces moines chrétiens sont-ils restésjusqu’au bout malgré les menaces de mort du GIA, et comment a-t-on pu tuer des hommes que tous les habitants de la région de Médéa aimaient et respectaient ? Au fil de l’enquête, le monastère de Tibhirine introduit le lecteur dans un univers étonnant : la vie et l’amitié entre des moines chrétiens et leurs voisins musulmans dans un pays miné par la violence. En quel Dieu croyaient ces hommes ? L’islam est-il intrinsèquement violent ? En Algérie, beaucoup de musulmans sont morts pour avoir refusé de cautionner l’assassinat de civils désarmés. En fait, la fraternité vécue à Tibhirine gênait les « éradicateurs » des deux camps. Ce livre, unanimement salué par la critique aux Etats-Unis, raconte un des grands événements spirituels de notre temps. Les moines de Tibhirine sont morts, mais leur témoignage de fraternité universelle a bouleversé l’Algérie et le monde :l’Esprit de paix qui les animait poursuit son œuvre et nous montre le chemin. Henry Quinson, traducteur de ce livre, a vécu six ans au monastère cistercien de Tamié, dont étaient issus deux des sept martyrs de Tibhirine. Il mène aujourd’hui une vie de prière, de travail et d’accueil dans un quartier majoritairement musulman à Marseille. Sa communauté, la Fraternité Saint Paul, est également présente en Algérie. Franco-américain, licencié en sciences économiques de l’UniversitéPanthéon-Sorbonne, diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et professeur certifié de lettres et d’anglais, il enseigne à mi-temps à Marseille.   
Visitez son site Internet (contact: henry.quinson@wanadoo.fr ℡ 06 84 13 36 30).

En vente à partir du 16 mars 2006
Librairie Saint Paul 47, Boulevard Paul Peytral, 13006 Marseille - Métro Estrangin / Préfecture
Tél. 04 91 15 77 77 - Fax 04 91 15 77 79
www.librairiestpaul.fr - libraire@librairiestpaul.fr
Ouverte du mardi au samedi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 18h30

John Kiser est l’auteur de Communist Entrepreneurs :
Unknown Innovators in the Global Economy et de Stefan Zweig :
Death of a Modern Man (traduit en françaisaux éditions universitaires du Mirail, 1998).
D’abord négociant en technologie internationale, il possède un MA de l’Université de Columbia en histoire européenne et un MBA de l’Université de Chicago.
Ses articles ont été publiés dans la revue Foreign Policy, la Harvard Business Review, le Washington Post, et le Wall StreetJournal.
Il vit avec sa famille à Sperryville, en Virginie, aux Etats-Unis.
Visitez son site Internet (en anglais) 

source


Ecrivons à M. le Maire et au Conseil municipal de Paris pour baptiser une rue ou une place à la mémoire des martyrs de Tibhirine

Le 21 mai prochain sera le 10ème anniversaire de l'annonce de la mort de moines Cisterciens de Tibhirine, en Algérie, enlevés à leur monastère le 27 mars 1996.
Outre les centaines de milliers de victimes algériennes, la guerre qui sévit en Algérie depuis 1992 n'a pas épargné des ressortissants français tant sur le territoire algérien qu'en France avec les assassinats et les odieux attentats de Paris en 1995.
Afin que le sacrifice des frères moines puisse interpeller les générations à venir et que leur mémoire soit toujours présente parmi les citoyens tant Algériens que Français, nous lançons un appel à M. le maire et au Conseil municipal de Paris pour qu'une rue ou place de Paris soit, en ce jour de triste anniversaire, solennellement dédiée aux moines et baptisée Place ou Rue des Martyrs de Tibhirine.

Merci d¹écrire à M.:
M. le Maire et MM. et Mmes du
Conseil Municipal
de la Ville de Paris
75196 Paris RP
France

Vous pouvez aussi écrire directement au Maire de Paris à cette adresse Internet

-
Les personnes habitant ailleurs qu'à Paris peuvent faire la même démarche auprès du maire et du conseil municipal de leur commune.

Modèle de lettre à adresser au Maire de Paris ou de votre commune :

Monsieur le Maire,
Comme vous devez le savoir, le 21 mai prochain sera le 10ème anniversaire de l'annonce de la mort de nos frères Cisterciens de Tibhirine, en Algérie.
Outre les centaines de milliers de victimes algériennes, la guerre qui sévit en Algérie depuis 1992 n'a pas épargné des ressortissants français tant sur le territoire algérien qu'en France avec les assassinats et les odieux attentats de Paris en 1995.
Afin que le sacrifice de nos frères puisse interpeller les générations à venir. et que leur mémoire soit toujours présente parmi leurs compatriotes français, permettez-moi de vous proposer qu'une rue ou place de votre commune leur soit solennellement dédiée et baptisée Place ou Rue des Martyrs de Tibhirine. Et ce, d'autant que l'Etat algérien vient, par une scandaleuse ordonnance, de mettre un terme à tout espoir de connaître la vérité sur le crime dont nos frères ont été victimes. De même qu'il vient de sommer les victimes algériennes de tourner une page noire en leur fermant les portes de la justice.   
Vous sachant attaché, Monsieur le Maire, aux valeurs humanistes qui sous-tendent votre engagement politique, j'ose espérer que vous débattrez de ma proposition avec le Conseil que vous présidez.
Dans l'attente de vous lire, veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'assurance ma respectueuse considération.
Proposition :
Place ou Rue des Martyrs de Tiibhirine
Moines trappistes de  l¹Ordre Cistercien de la Stricte Observance de Tibhirine
Frère Christian - Christian de Chergé
Frère Christophe - Christophe Lebreton
Frèère Bruno - Christian Lemarchand
Frère Luc - Paul Dochier
Frère Célestin - Célestin Ringeard
Frère Paul - Paul Favre-Miville
Frère Michel - Michel Fleury
Frères de l¹Ordre cistercien de la Stricte Observance
Assassinés en Algérie le 21 mai 1996

Pour tout savoir sur l'affaire des moines de Tibhirine


N.B:Les articles visant à l'hommage aux martyrs de Tibhirine se poursuivront courant juin 06

Posté à 00:08 - Hommage aux martyrs de Tibhirine - Commentaires [0] - Permalien [#]

De nouveaux impératifs de vie font que notre présence sur le net est restreinte aux lundi et mardi de chaque semaine scolaire, nous vous demandons de le prendre en considération et d'en tenir compte au cas où vous déposeriez des commentaires ou des questions. Merci et bonnes visites dans ce blog.

Commentaires

Poster un commentaire