Sentences

Sentences spirituelles diverses, mieux connaître les grandes religions: Judaïsme, Islam, Christianisme, Charles de Foucauld

compteur_carnetspi


01 décembre 2005

Petits frères et petites soeurs de l'Incarnation

Frère Charles a désiré fonder de petites communautés de Frères..."Ce que je rêve, c'est quelque chose de très simple et de très peu nombreux, ressemblant à ces communautés très simples des premiers temps de l'Eglise...menant la vie de Nazareth, dans le travail et la contemplation de Jésus...petite famille, petit foyer domestique, tout petit, tout simple"... Ce rêve n'a trouvé sa réalisation qu'après sa mort.


Dans une société où la misère de tout ordre, richesse trop grande comme misère innommable, déshumanise l'homme et la femme, des hommes et des femmes de relation avec Dieu deviennent une urgence et une nécessité vitales. La proximité très grande avec Dieu est l'élément stable, harmonieux et équilibré de l'homme et de la société.

Redonner espoir au paysan, lui donner goût à la vie, le réconcilier avec son milieu: telle est notre ambition. Pour y parvenir, il nous faut être de vrais témoins de la vie, de l'espérance et de la liberté. Associant le travail et la prière, le sens du service et la recherche à long terme d'une certaine auto-suffisance pour nos fraternités: nous faisant solidaires dans le besoin, mais aussi dans la poursuite d'un idéal de dignité matérielle et morale. Nous nous efforçons d'être vraiment "sel et lumière", serviteurs et servantes dans le Christ et pour le Christ.

La communauté des Petits Frères et des Petites Soeurs de l'Incarnation, qui compte actuellement une centaine de religieux haïtiens regroupés en 16 fraternités, a été fondée en 1976 et en 1985 dans les environs de Hinche (Centre de Haïti).

Leur mission est de "devenir paysan avec les paysans", à la suite de Jésus. Ils sont implantés actuellement dans 6 diocèses du pays: Hinche, Port-au-Prince, Les Cayes, Jérémie, Jacmel, Fort-Liberté, et aussi à Santo Domingo.


Une fraternité des petits frères ou de petites soeurs, au moment de sa fondation, se donne comme objectif de passer les cinq premières années à l'écoute de la population, en vivant au milieu des paysans tout particulièrement les exclus et les marginaux face à l'Eglise et à la société. Elle participe à leurs activités: travaux communautaires, visites aux malades, veillées mortuaires, combats de coqs, etc. Ces expériences permettent de se rapprocher des gens, de comprendre leur milieu, de découvrir les forces vives de la communauté et d'identifier les leaders naturels.

Cette étape de présence prolongée dans le milieu paysan donne à la population le temps d'exprimer ses besoins et ses priorités. C'est pendant ce temps aussi que la fraternité fait l'évaluation et la planification. C'est le temps de mise en place des organisations de paysans ou des communautés ecclésiales de base. L'évangélisation marche toujours de pair avec les travaux de développement. Donner le pain sans la Parole de Dieu est dangereux; tout comme donner la Parole de Dieu sans le pain. L'homme est fait pour marcher sur ses deux pieds.

Par la suite les projets de la fraternité, en tenant compte de la réalité de chaque milieu, répondent à quatre grands objectifs fondamentaux qui permettent au paysan de demeurer dans son milieu et de s'y développer. (suite de l'article)

source générale de ces informations

Posté à 17:56 - Spécial Charles de Foucauld - Commentaires [0] - Permalien [#]

De nouveaux impératifs de vie font que notre présence sur le net est restreinte aux lundi et mardi de chaque semaine scolaire, nous vous demandons de le prendre en considération et d'en tenir compte au cas où vous déposeriez des commentaires ou des questions. Merci et bonnes visites dans ce blog.

Commentaires

Poster un commentaire